accueil un poète

2020 empruntera les chemins de la poésie
à l’occasion du centenaire de la naissance de

René Guy Cadou


Au cours de cette année, les éditions du Petit Véhicule proposeront un ensemble de publications et d’activités consacré au poète. Il y aura des rééditions, mais aussi de nouveaux ouvrages et quatre nouveaux Cahiers de l’école de Rochefort. En voici un aperçu :

Programme pour la future saison consacrée à René Guy Cadou

1. Vie et passion de René Guy Cadou, Christian Moncelet – réédition
2. René Guy Cadou dans son temps, Christian Moncelet
3. Cahier des Poètes de l’école de Rochefort n° 13 : Roger Toulouse et l’école de Rochefort, avec le concours des amis de Roger Toulouse Abel Moittié à Orléans
4. Cahier des Poètes de l’école de Rochefort n° 14 : Les poètes de l’école de Rochefort et leurs peintres
5. René Guy Cadou aux postes avancés de la joie, Olivier Delettre & Luc Vidal, éditions du Petit Pavé
6. René Guy Cadou et Roger Toulouse à la fenêtre des solitudes, Luc Vidal, avec une approche de la poésie d’Hélène Cadou – in Cahier de l’école des Poètes de Rochefort n° 15
7. Léo Ferré aux confins des solitudes, Luc Vidal avec un développement sur Léo Ferré et les poètes de Rochefort (Luc Bérimont)1
8. Catalogue de l’exposition René Guy Cadou ou les visages de la solitude avec des pièces inédites
9. Môrice Bénin chante René Guy Cadou : coffret 3 livres-compact-disc
10. Emilien Awada : René Guy Cadou ou les visages de solitude (film documentaire). Production Cinergie – scénario Luc Vidal – avec les voix de Michael Lonsdale, Richard Martin & Hélène Cadou
11. Emilien Awada, L’ombre et l’image, éléments pour un portrait de Roger Toulouse (film)
12. Conférence autour de la poésie de René Guy Cadou (film & exposition)
13. René Guy & Hélène Cadou ou la vie dangereuse, Christian Bulting in Cahier des Poètes de l’école de Rochefort n°16
14. L’Almanach 2020 des Poètes de l’école de Rochefort sous le signe de René Guy Cadou.

Voici ce qu’écrivent Olivier Delettre, Robert Duguet, Jean Le Boël et Luc Vidal en présentation de leur appel à contributions pour la revue Sous le signe de René-Guy Cadou :

C’est en février 1920, à Sainte Reine de Bretagne, au cœur de la grande Brière, qu’est né le poète René Guy Cadou. Nous allons donc célébrer prochainement le centenaire de cette naissance. Fauché par la camarde en mars 1951 à l’âge de 30 ans, Cadou a connu un court purgatoire d’une dizaine d’années. Dès le dixième anniversaire de sa mort, en 1961, la promotion de son œuvre qui a été portée par ses « compagnons de la première heure », les poètes de « l’école » de Rochefort, et par sa femme Hélène, l’a fait sortir du cercle intime de l’amitié fraternelle et de l’amour. Depuis, la poésie de Cadou, même si elle reste minorée par « les grands éditeurs » ou par les canons de l’université, n’a cessé de s’imposer dans le cœur de ceux et celles qui voient d’abord dans la poésie le rapport poignant de l’homme à sa propre condition.

Assumant le cri de révolte du surréalisme qui, au lendemain de la boucherie de 1914-1918, se tourne vers la révolution sociale, Cadou dira de ce dernier qu’il offrait un chemin « dans la prise de conscience de nous-mêmes pour tout ce qu’il a mis en notre pouvoir, de rêves, de cris de haine, d’images, d’espoir, de liberté prometteuse et totale de l’esprit. » Mais il en rejette l’automatisme, le procédé systématique. Il parlera des « chutes de vaisselle surréaliste ». Cadou est un lyrique intérieur qui tient la poésie à l’écart du jeu de langage, du « cadavre exquis » surréaliste ou pire, à l’instar de nouveaux « poètes » inspirés par la sémiologie, d’une méditation mortifère sur le langage, coupée de toute référence à l’émotion poétique. Entre ces deux écueils, Cadou continue de nous enseigner qu’il ne faut pas démériter de l’aventure humaine,
                  « Parce que c’est entre les hommes
            Parce que c’est une question de fleurs rouges
                        Entre eux depuis des siècles
                 Parce que la vie est belle et désirable
                      Comme un puits dans le ciel »
                        (Dernier Communiqué)

Association des éditions du Petit Véhicule
150 Boulevard des Poilus
44300 Nantes
Tél. 02 40 52 14 94
https://lepetitvehicule.com

Bernard Sénéchal

1 Notons ici que Luc Bérimont, 1915-1983, poète de l’école de Rochefort, fut aussi homme de radio et de télévision. Il noua une amitié avec Léo Ferré qui mit en musique et interpréta deux de ses poèmes : Soleil et Noël (Madame, à minuit, croyez-vous qu’on veille…) repris par Jacques Douai et Marc Ogeret notamment.
Ce fut Bérimont, de son vrai nom André Pierre Leclercq, qui présenta dans son émission « La Fine fleur de la chanson française » (ORTF) la première apparition télévisée de Bernard Lavilliers en 1968, 21 ans à l’époque et qui y chanta Paris, redingote de plomb, un texte magnifique. Il promut également dans cette émission Hélène Martin, Francesca Solleville, Henri Tachan et d’autres. (Note de JCV)